Appel à projet

 

Appel à contribution pour le 3e numéro de la Revue de recherche en littératie médiatique multimodale (R2LMM)

L’écriture numérique à l’école : nouvelles textualités, nouveaux enjeux

En éducation, plusieurs recherches démontrent que les jeunes s’appuient sur leurs habiletés techniques pour produire des textes multimodaux numériques sans toutefois maitriser la mise en relation des modes d’expression sur le plan sémantique (Dong-Shin, 2008; Piette, 2009 ; Lacelle et Lebrun 2010, 2012, 2014). En raison de l’utilisation de l’interactivité ou de la réalité augmentée, les nouveaux médias viennent bousculer les constructions narratives et les critères de littérarité des œuvres numériques (Saemmers, 2007). Ainsi, la production de textes numériques exige que les jeunes comprennent la façon dont les divers modes sémiotiques interagissent pour produire du sens. Il devient donc nécessaire de réfléchir à la manière dont les élèves peuvent s’approprier les caractéristiques de l’écriture des nouvelles formes textuelles numériques. L’appel à texte vise à répondre à la question suivante : comment l’école devrait-elle tenir compte de nature des textes numériques pour définir de nouvelles compétences en écriture ?

Les enjeux des nouvelles textualités/typographies touchant l’écriture numérique à l’école :

1. Enjeux touchant la création -La nature particulière de l’œuvre numérique fait qu’aujourd’hui, elle apparaît souvent comme un œuvre non terminée, non revue, et donc ne possédant pas la même valeur intrinsèque que l’œuvre imprimée. Cette diminution de valeur a un impact non seulement sur l’auteur et sa reconnaissance, mais aussi sur les métiers liés à l’édition numérique, qui subissent une dépréciation.

  1. L’absence de matérialité et le caractère évolutif, non saisissable, de l’œuvre numérique, diminue sa valeur intrinsèque auprès des publics, et par extension, la valeur de ses auteurs. La professionnalisation progressive du milieu, de même que la reconnaissance de la particularité de l’expérience de lecture offerte par le numérique tendent peu à peu à diminuer ces différences de perception, mais l’œuvre imprimée reste l’œuvre « noble » au regard des œuvres numériques.

  2. L’aspect « éclaté », ou « diffracté » des contenus, les possibilités participatives que permettent les nouvelles technologies, ainsi que le caractère non fermé de l’œuvre numérique complexifient la nature de la création, jusqu’à créer une véritable « nébuleuse numérique ». (Audet et Brousseau, 2011).

2. Enjeux touchant le scripteur du numérique – La tâche du scripteur devenant plus complexe en raison de la nature multimodale et délinéarisée de la nouvelle écriture numérique, l’école doit lui enseigner comment tirer profit des ressources mises à sa disposition, en enrichissant au besoin ses pratiques informelles (Schultz, 2011).

  1. Le scripteur-designer (Edward-Grove, 2010; Rowsell et Decoste, 2014) : Les caractéristiques particulières de la lecture en ligne obligent le scripteur à se faire aussi designer : le texte imprimé ne peut être transféré dans un environnement numérique sans être préalablement modifié, mis en forme, voire réécrit pour capter l’attention du lecteur. L’école a donc devant elle un défi important : d’une part faciliter la pratique de l’écriture multimodale et interactive, mais aussi transmettre les règles majeures du design numérique, pour faire des élèves des « scripteurs- designers ».

  2. Le scripteur-encodeur : L’apprentissage du langage HTML permet d’aller plus loin dans la structuration ou « pré-structuration » de textes numériques. Le HTML oblige aussi à organiser sa pensée de manière lisible et compréhensible.

3. Enjeux relatifs au support – Le support de production (logiciels, langages informatiques, etc) permet de faire évoluer la création, faisant ainsi de l’interface numérique un « espace d’exploration de la textualité ». (Audet et Brousseau, 2011). Cependant, dans un même mouvement, la création permet également de faire évoluer les supports, en poussant plus avant le champ des possibles techniques (Broudoux, 2003 ; Silès, 2012).

  1. L’importance du lien a été soulignée par de nombreux théoriciens (Aarseth, 1997 ; Murray, 1997 ; Douglas, 2000, Cauquelin, 2006 ; Bernstein, 2009 ; McIver Lopes, 2010) comme étant l’élément décisif de rupture avec les modèles discursifs antérieurs. Cette présence active d’ouverture vers une multitude de contenus et de médias, rendue possible par la technologie, pousse à une diffraction et une hétérogénéité qui influent directement sur l’acte de création.

  2. Si au départ les hyperliens ont été très utilisés dans la production d’œuvres numériques, ce sont maintenant les arborescences complexes qui se retrouvent le plus souvent. (Audet et Brousseau, 2011). Dans le cadre particulier du livre augmenté, les principes de narration permettant la création de liens entre différents supports dans le but de créer un univers commun sont ceux de la narration multimodale.

  3. Les expérimentations de narration numérique menées auprès d’étudiants révèlent comme particulièrement importants le choix des outils utilisés, soit ceux directement dédiés à la pratique d’écriture et ceux pouvant être considérés comme complémentaires (ex : appareil photo intégré).
  4. Les logiciels de traitement de texte présentent de nombreux avantages dans un contexte pédagogique. Cependant, ils ajoutent un défi supplémentaire en obligeant à l’acquisition préalable par les élèves des techniques d’utilisation.

4. Enjeux relatifs à la réception – La réception (soit le point de vue du lecteur) pose également de nombreuses questions dans son rapport à la matérialité des nouvelles textualités. La littérature numérique oblige le lecteur à utiliser de nouveaux artefacts et

dispositifs pour rentrer dans son expérience de lecture. Cependant, ces nouvelles interfaces comportent en elles-mêmes des codes et des contraintes auxquelles le récepteur n’est peut-être pas habitué, ou tout du moins qu’il distingue encore de manière forte de l’expérience de lecture offerte par un ouvrage imprimé.

5. Enjeux relatifs à la diffusion – De nombreux problèmes, ou tout du moins des défis, apparaissent avec le développement de l’accessibilité des moyens de diffusion numérique, aussi bien du point de vue de l’œuvre en elle-même que des acteurs qui font acte de diffusion.

  1. Le passage de l’analogique au numérique comporte également de nombreux avantages : ainsi, le format numérique permet le stockage de bien plus de contenus sur un seul et même support, facilite leur organisation, et permet bien plus facilement le partage de données.

  2. On peut faire usage du logiciel libre, soit «un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement.», selon le Conseil des Arts Médiatiques du Québec (2012).

6. Enjeux touchant la conservation – Le développement exponentiel des ressources en ligne, favorisé par la démocratisation des moyens de production et de réception, pose l’important problème de l’archivage des données. Avec le numérique, le livre se fait vivant: il est important d’anticiper, en particulier dans un contexte d’hypermédia, l’évolution non seulement du texte présenté, mais aussi des liens auxquels il renvoie. Le Net est quotidiennement chamboulé: les liens auxquels un article fait référence directement peuvent avoir disparu, changé, la mise en page peut avoir été modifiée, le texte, avoir été repris, coupé.

L’équipe éditoriale de la R2LMM recevra vos propositions de contribution touchant cet appel sur son site (litmedmod.ca), à l’adresse suivante: http://litmedmod.ca/soumission-dun-article-la- revue-de-recherches-en-litteratie-mediatique-multimodale

Les contributions attendues pourront prendre des formes diverses: réflexion épistémologique, recherche expérimentale, résultats d’enquête sur l’écriture numérique, analyse critique des outils d’écriture numérique, etc

Vous êtes invités à lire attentivement les « conditions préalables » de soumission de même que les « règles de présentation » apparaissant sur le site. Cet appel se clôt le 30 JUIN 2016.

Pour tout message relatif à l’appel, nous vous prions de vous référer à l’adresse suivante:

http://litmedmod.ca/contact

l’équipe éditoriale

Monique Lebrun, UQAM Nathalie Lacelle, UQAM Jean-François Boutin, UQAR

Publicités