-

En classe, on voudrait des petits blonds avec nos enfants»

http://www.liberation.fr/societe/2015/06/03/en-classe-on-voudrait-des-petits-blonds-avec-nos-enfants_1322454

«Non au ghetto, oui à la mixité.» Tracé sur un grand drap bleu accroché aux grilles de l’école élémentaire Joseph-Delteil, le message est immanquable. Le long de l’établissement s’étirent d’autres slogans : «L’avenir pour nos enfants», «Pas de fatalité». Les tissus se trouent, les lettres s’effacent, mais les revendications restent. Au Petit Bard, un quartier populaire d’environ 6 000 habitants situé dans le nord-ouest de Montpellier (Hérault), les mères d’enfants scolarisés dans deux maternelles et deux écoles primaires (classées en Réseau d’éducation prioritaire renforcé) se battent depuis trois mois pour obtenir davantage de mixité. «Ces quatre écoles réunissent environ 600 enfants, tous d’origine marocaine, à l’image de la population du Petit Bard, presque exclusivement originaire du Maroc, témoigne Safia, l’une des mères engagées dans ce combat. Valls avait dénoncé l’apartheid social : alors on a saisi cette perche et on ne la lâchera plus. On veut que nos enfants, citoyens français, soient considérés et éduqués comme les autres. Comment voulez-vous qu’ils se sentent Français alors qu’ils grandissent exclusivement entre eux ? On aimerait bien que, sur les photos de classe, il y ait des petits blonds ou des petits roux assis à côté d’eux.»

powered by
Ouverture dans 3

Safia, Fatima, Malika, Haïcha ou Khadéja parlent d’une seule voix. Aucune ne revendique de leadership. Engagées dans une même lutte, témoignant d’un parcours similaire : nées au Maroc, mariées, mères au foyer, musulmanes pratiquantes, voilées. Certaines ont travaillé avant de se consacrer à leurs enfants, comme Fatima, «quatorze ans d’expérience dans le ménage». D’autres ont suivi des études secondaires, à l’instar d’Haïcha : «J’étais en comptabilité. Quand mes deux enfants seront plus âgés, je chercherai du travail. Mais je n’ai pas trop envie qu’ils grandissent ici.» La plupart de ces femmes vivent depuis leur enfance au Petit Bard, arrivées gamines au bras de leurs parents. «Avant, c’était mieux, raconte Khadéja. Il y avait une église, un boulanger, un tabac-presse… Des Asiatiques, des Africains, des Français, d’autres gens vivaient ici. Les instituteurs habitaient le quartier. Et puis ces gens-là ont déménagé : on n’a pas fait attention mais, peu à peu, il n’y avait plus que des Marocains. Notre génération a connu la mixité à l’école, pas nos enfants.»

Terrain miné

C’est un simple courrier qui a fait flamber leur colère. Reçu fin 2014, il les informe que tous les élèves de CM2 du Petit Bard doivent s’inscrire à la prochaine rentrée au collège Las Cazes, un établissement souffrant d’une image peu flatteuse. «Auparavant, une partie des enfants du quartier pouvait rejoindre le collège Rabelais, où la mixité est plus importante. Mais à Las Cazes, il n’y a aucune mixité, dénonce Fatima. Du coup, nous avons réalisé que les enfants du Petit Bard allaient tous se suivre de la maternelle à la fin du collège, sans découvrir la culture de l’autre et le vivre ensemble, sans mélange, sans ouverture…» Dès lors, réunies dans un collectif, elles décident de remuer ciel et terre : lettres à la mairie, au rectorat, à «Najat», rendez-vous avec les élus, création d’une page Facebook, manifestations, organisation d’une marche citoyenne jusqu’au centre-ville de Montpellier…

Chaque midi, jonglant avec leurs impératifs familiaux, elles sont une dizaine à se retrouver à l’école Joseph-Delteil : les enseignants dégotent toujours une salle libre pour elles. Là, entre cahiers et tableaux noirs, les gamins dans les jambes, elles s’organisent, planifient les rendez-vous, échangent des nouvelles, reçoivent des journalistes. Désormais soudées par des expériences qu’aucune d’entre elles n’aurait imaginées. Tandis qu’une trentaine de femmes s’activent au sein du collectif, les pères semblent absents. Et pourtant : «Ils sont à 100 % derrière nous mais ils travaillent, affirment en chœur leurs épouses. Ils sont fiers de nous, nous encouragent. Beaucoup ne sont pas allés à l’école ; alors ils veulent que leurs enfants réussissent.» Mais les jours passent, les mères ont le sentiment qu’on les balade et que personne ne souhaite vraiment s’engager sur ce terrain miné. Le 4 mai, elles décident de bloquer les écoles du Petit Bard. La pression monte : elles obtiennent finalement la tenue d’une table ronde, le 20 mai, au rectorat. Des représentants de l’Education nationale, de la CAF, de la ville, du département, de la préfecture, de la cohésion sociale se retrouvent assis, médusés, face à une poignée de mamans qui se paient même le luxe d’inviter à cette table quatre chercheurs travaillant sur la mixité… «Ils nous ont dit que notre mouvement venait légitimer leurs constats», raconte Safia.

«Truc de bonnes femmes»

Dans les écoles du Petit Bard, où les équipes pédagogiques avaient vainement tenté d’alerter la hiérarchie quant à l’ampleur que prenait le mouvement, on rit sous cape. «Ces femmes ont pris les choses en main et ont contraint tout le monde à s’asseoir autour d’une même table, c’est royal !» s’amuse Myriam Bouchet, directrice de la maternelle Jules-Michelet. «Au début, leur mouvement n’était pas pris au sérieux, on disait que c’était un truc de bonnes femmes, raconte Karine Ory, directrice de l’école élémentaire Joseph-Delteil. Ensuite, on a pensé que nous, enseignants, nous les manipulions. Quand les institutions ont compris que ce n’était pas le cas, elles ont commencé à réfléchir.» «Avec leur candeur et leur détermination, ces femmes ont bousculé l’ensemble des codes hiérarchiques, enchaîne Marie-Françoise Camps, directrice de l’école maternelle Geneviève-Bon. Nous assistons à un moment d’émancipation, de prise de conscience politique.» «A la sortie de l’école, un habitant du quartier m’a dit : « Ce mouvement nous redonne de la dignité »», se souvient, émue, Myriam Bouchet.

Dès le lendemain de cette table ronde, les mères mettent fin au blocage. Elles ont obtenu le gel temporaire de la carte scolaire, autrement dit la possibilité de ne pas envoyer leurs enfants à Las Cazes. Certaines familles ont déjà déposé des demandes de dérogation : «On nous a dit qu’elles seraient étudiées avec bienveillance», glisse Fatima. Pourtant, chacun doit bien admettre que rien n’est réglé. Dans les écoles d’où est parti le mouvement, les enseignants font toujours bloc derrière les mères mais restent circonspects : «Le Petit Bard est un ghetto, l’école reflète le Petit Bard», résume une directrice. Ici, des familles continueront à utiliser le jeu des options pour inscrire leurs enfants dans un collège loin du quartier, tandis que d’autres se tourneront vers le privé. «Mais les listes d’attente sont longues», note Haïcha.

«Collège d’excellence»

Du côté du département, on reste d’une grande prudence. «On ne peut pas accepter que chaque famille puisse faire le choix de son collège d’affectation, sinon c’est la fin de l’école républicaine, argumente Renaud Calvat, conseiller départemental chargé des questions d’éducation. Si la sectorisation était respectée et que toutes les familles concernées envoyaient leurs enfants à Las Cazes, il y aurait de la mixité dans cet établissement qui ne compte actuellement que 340 élèves, alors qu’il a été prévu pour en accueillir 800. L’objectif pour nous à présent est de transformer Las Cazes en un collège d’excellence, de redorer son image, de le doter d’autres options. Et, bien sûr, il va falloir retravailler sur la sectorisation.» Le dossier pose également problème à la ville : Isabelle Marsala, adjointe déléguée à la réussite éducative, a comptabilisé 53 demandes de dérogation concernant, cette fois, les écoles maternelles et élémentaires du Petit Bard. «Ces demandes sont uniquement motivées par la non-mixité de ces établissements, commente l’élue. Il faut bien reconnaître que, dans un quartier non mixte, l’école est non mixte…» «Ces femmes posent une question de fond à l’ensemble des responsables des politiques publiques, admet Anne-Marie Filho, directrice académique des services de l’Education nationale. Mais retravailler une carte scolaire afin d’assurer une vraie mixité n’est pas simple.»

Ce qui a sans doute changé, c’est le rapport de forces, d’autant que ces mères ont gagné une visibilité qui ne cesse de les surprendre : quatre d’entre elles seront les «invitées surprises» de la conférence internationale dédiée à la mixité sociale, scolaire et ethnoculturelle, organisée à Paris, ce jeudi et vendredi. Affairée à boucler ses valises pour rejoindre la capitale, Safia savoure l’instant mais garde la tête froide : «Ce que l’on souhaite à présent, c’est travailler avec les institutions, établir un échéancier, participer aux décisions. Les responsables savent qu’on ne lâchera rien et que, désormais, il faut compter avec nous. Les décisions prises pour nous et sans nous, c’est fini.»

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :