L’impossible dialogue

1.       Dans ce texte de Molière, extrait de La jalousie du Barbouillé, chacun suppose quelque chose à propos d’autrui. Qu’est-ce qui est supposé ? Quelle est la conséquence de ces suppositions ?

Scène VI

Le Docteur, Villebrequin, Gorgibus, Cathau, Angélique, Le Barbouillé

Le Docteur

Qu’est ceci ? quel désordre ! quelle querelle ! quel grabuge ! quel

vacarme ! quel bruit ! quel différend ! quelle combustion ! Qu’y a-t-il,

Messieurs ? Qu’y a-t-il ? Qu’y a-t-il ? Çà, çà, voyons un peu s’il n’y a pas

moyen de vous mettre d’accord, que je sois votre pacificateur, que j’apporte

l’union chez vous.

Gorgibus

C’est mon gendre et ma fille qui ont eu bruit ensemble.

Le Docteur

Et qu’est-ce que c’est ? voyons, dites-moi un peu la cause de leur différend.

Gorgibus

Monsieur…

Le Docteur

Mais en peu de paroles.

Gorgibus

Oui-da. Mettez donc votre bonnet.

Le Docteur

Savez-vous d’où vient le mot bonnet ?

Gorgibus

Nenni.

Le Docteur

Cela vient de bonum est, « bon est, voilà qui est bon », parce qu’il garantit

des catarrhes et fluxions.

Gorgibus

Ma foi, je ne savois pas cela.

Le Docteur

Dites donc vite cette querelle.

Gorgibus

Voici ce qui est arrivé…

Le Docteur

Je ne crois pas que vous soyez homme à me tenir longtemps, puisque je

vous en prie. J’ai quelques affaires pressantes qui m’appellent à la ville ;

mais pour remettre la paix dans votre famille, je veux bien m’arrêter un

moment.

Gorgibus

J’aurai fait en un moment.

Le Docteur

Soyez donc bref.

Gorgibus

Voilà qui est fait incontinent.

Le Docteur

Il faut avouer, Monsieur Gorgibus, que c’est une belle qualité que de dire

les choses en peu de paroles, et que les grands parleurs, au lieu de se faire

écouter, se rendent le plus souvent si importuns qu’on ne les entend point :

Virtutem primam esse puta compescere linguam. Oui, la plus belle qualité

d’un honnête homme, c’est de parler peu.

Gorgibus

Vous saurez donc…

Le Docteur

Socrates recommandoit trois choses fort soigneusement à ses disciples : la

retenue dans les actions, la sobriété dans le manger, et de dire les choses en

peu de paroles. Commencez

donc, Monsieur Gorgibus.

Gorgibus

C’est ce que je veux faire.

Le Docteur

En peu de mots, sans façon, sans vous amuser à beaucoup de discours,

tranchez-moi d’un apopthegme, vite, vite, Monsieur Gorgibus, dépêchons,

évitez la prolixité.

Gorgibus

Laissez-moi donc parler.

Le Docteur

Monsieur Gorgibus, touchez là : vous parlez trop ; il faut que quelque autre

me dise la cause de leur querelle.

Villebrequin

Monsieur le Docteur, vous saurez que…

Le Docteur

Vous êtes un ignorant, un indocte, un homme ignare de toutes les bonnes

disciplines, un âne en bon françois. Hé quoi ? vous commencez la

narration sans avoir fait un mot d’exorde ? Il faut que quelque autre me

conte le désordre. Mademoiselle, contez-moi un peu le détail de ce

vacarme.

Angélique

Voyez-vous bien là mon gros coquin, mon sac à vin de mari ?

Le Docteur

Doucement, s’il vous plaît : parlez avec respect de votre époux, quand vous

êtes devant la moustache d’un docteur comme moi.

Angélique

Ah ! vraiment oui, docteur ! Je me moque bien de vous et de votre

doctrine, et je suis docteur quand je veux.

Le Docteur

Tu es docteur quand tu veux, mais je pense que tu es un plaisant docteur.

Tu as la mine de suivre fort ton caprice : des parties d’oraison, tu n’aimes

que la conjonction ; des genres, le masculin ; des déclinaisons, le génitif ;

de la syntaxe, mobile cum fixo ; et enfin de la quantité, tu n’aimes que le

dactyle, quia constat ex una longa et duabus brevibus. Venez çà, vous,

dites-moi un peu quelle est la cause, le sujet de votre combustion.

Le Barbouillé

Monsieur le Docteur…

Le Docteur

Voilà qui est bien commencé : « Monsieur le Docteur !  » ce mot de docteur

a quelque chose de doux à l’oreille, quelque chose plein d’emphase :

« Monsieur le Docteur !  »

Le Barbouillé

A la mienne volonté…

Le Docteur

Voilà qui est bien : « à la mienne volonté !  » La volonté présuppose le

souhait, le souhait présuppose des moyens pour arriver à ses fins, et la fin

présuppose un objet : voilà qui est bien : « à la mienne volonté !  »

Le Barbouillé

J’enrage.

Le Docteur

Otez-moi ce mot : « j’enrage » ; voilà un terme bas et populaire

Le Barbouillé

Hé ! Monsieur le Docteur, écoutez-moi, de grâce.

Le Docteur

Audi, quaeso, auroit dit Ciceron.

Le Barbouillé

Oh ! ma foi, si se rompt, si se casse, ou si se brise, je ne m’en mets guère

en peine ; mais tu m’écouteras, ou je te vais casser ton museau doctoral ; et

que diable donc est ceci ?

(Le Barbouillé, Angélique, Gorgibus, Cathau, Villebrequin parlent tous à

la fois, voulant dire la cause de la querelle, et le Docteur aussi, disant que

la paix est une belle chose, et font un bruit confus de leurs voix ; et

pendant tout le bruit, le Barbouillé attache le Docteur par le pied, et le fait

tomber ; le Docteur se doit laisser tomber sur le dos ; le Barbouillé

l’entraîne par la corde qu’il lui a attachée au pied, et, en l’entraînant, le

Docteur doit toujours parler, et compter par ses doigts toutes ses raisons,

comme s’il n’étoit point à terre, alors qu’il ne paroît plus.)

Gorgibus

Allons, ma fille, retirez-vous chez vous, et vivez bien avec votre mari.

Villebrequin

Adieu,

 

Peut-on vraiment parler de dialogue ?

Comment tout cela s’achève-t-il ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s