Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette…et autres lieux

Après 20 ans de nomadisme, le Théâtre de la Marionnette à Paris s’est installé au coeur de Paris et est devenu en novembre 2013 : Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette. Grâce aux volontés conjuguées de la Ville de Paris et du Ministère de la Culture et de la Communication et avec le soutien de la Région Île-de-France, il se voit ainsi doté d’un théâtre.

Isabelle Bertola et son équipe poursuivent leurs missions en renforçant le travail de recherche et de diffusion de la création marionnettique. Ce premier lieu dédié à l’art de la marionnette à Paris permettra ainsi le déploiement de nouvelles actions comme l’accueil de compagnies en résidence de création, l’ouverture au public d’un centre de ressources, la programmation de rendez-vous réguliers autour des arts de la marionnette contemporaine et la mise en place de formations pour les animateurs, médiateurs et enseignants. Ce théâtre également un espace de liberté et d’invention pour les installations d’artistes. Il favorisera enfin la mise en réseau avec d’autres lieux en Europe associés à l’émergence de cet art.

D’autres actions sont également déployées comme la diffusion de spectacles en direction du jeune public ou encore l’inscription dans une problématique européenne. Enfin, si le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette est désormais installé au coeur du 5ème arrondissement, il garde l’esprit nomade en poursuivant ses fertiles collaborations avec ses partenaires. Une programmation est ainsi régulièrement établie dans d’autres théâtres franciliens.

En 1991, le succès remporté par le festival les Semaines de la Marionnette permet à Lucile Bodson, sa directrice, de convaincre les tutelles de s’engager plus avant en donnant naissance dès 1992 au Théâtre de la Marionnette à Paris. Cette structure indépendante et permanente est d’emblée destinée à promouvoir dans Paris les diverses formes de théâtres de marionnettes, et à donner une meilleure visibilité à la création contemporaine.

Dès ses débuts, le Théâtre de la Marionnette à Paris devait se voir attribuer une salle. Ce projet n’ayant pu aboutir, l’équipe, portée par son enthousiasme, a développé un projet singulier entraînant dans son sillage des partenaires toujours plus nombreux au fil des ans. Ainsi, le Théâtre de la Marionnette à Paris a su trouver des complices et se faire inviter à programmer dans leurs lieux. Les salles de Paris et de la proche banlieue les plus soucieuses d’innovation et de diversité ont répondu à l’appel. On compte parmi elles ; le Théâtre de la Cité internationale, l’Établissement Public du Parc et de la Grande Halle de La Villette, le Théâtre Paris-Villette, la Ville de Pantin, le TGP – CDN de Saint-Denis, le Théâtre de la Commune – CDN d’Aubervilliers, etc.

Au fil des saisons, en réponse à la reconnaissance du public et des partenaires, la programmation du Théâtre de la Marionnette à Paris s’est étoffée de spectacles programmés en durée. En 1994, il met en place un festival biennal de la jeune création : les Scènes Ouvertes à l’Insolite. Ce festival, très fréquenté, se pose comme un véritable tremplin pour les jeunes générations de marionnettistes. Depuis 2001, la Biennale internationale des Arts de la Marionnette (BIAM) est programmée en alternance avec les Scènes Ouvertes à l’Insolite. Bénéficiant d’une large reconnaissance des professionnels et du public, la BIAM est une véritable vitrine pour les compagnies parmi les plus reconnues au monde.

En accompagnant de nombreuses créations, le Théâtre de la Marionnette à Paris a révélé bon nombre d’artistes talentueux, et s’est forgé un large public fidèle et passionné. La valorisation de cette discipline engage un regard nouveau tant de la part des publics que de celle des professionnels qui considèrent maintenant la marionnette comme un art de la scène à part entière, digne de ses pairs.

2013 marque pour le Théâtre de la Marionnette à Paris un véritable tournant. Sur proposition de la Ville de Paris, et grâce au soutien du Ministère de la Culture-DRAC Île-de-France et de la Région Île-de- France, il intègre dès cet automne le théâtre Mouffetard, situé au cœur du 5ème arrondissement de Paris.

Il devient alors : « Le Mouffetard-Théâtre des arts de la marionnette ».

Prochainement : Yung Faï

 

Revue de Presse : 

 
TELERAMA – JANVIER 2011. Mathieu Braunschtein
Yeung Faï, marionnettiste chinois, conte l’histoire de sa famille. Seul outil : sa main, fabuleusement expressive.

3 Une main, comme un corps en miniature. Qui s’exerce, qui s’assouplit. Le majeur et l’annulaire font le grand écart, jusqu’au point de rupture. Cette forme n’est plus celle d’une main mais représente un athlète en souffrance, un corps autonome animé par la seule force de volonté de l’artiste. Voici pour la mise en condition. Né en 1963 dans le sud de la Chine, Yeung Faï est un montreur héréditaire, fils et petit-fils de marionnettistes. Entraîné dès l’âge de 4 ans à déchaîner, par une simple torsion des phalanges, la pudeur ou la colère. Singulier, l’index de Yeung Faï est un doigt qui regarde. Colonne vertébrale d’une courtisane ou d’un lettré, convoqués par la précision du geste. Comme à l’Opéra de Pékin, les vestes volent, les assiettes tournent, les jambes s’envolent dans de mortelles détentes… mais sur une échelle de quelques dizaines de centimètres. Au regard de ces moments de force et de délicatesse, Guignol (ou ce que nous croyons connaître de la marionnette à gaine) fait figure de rustre, reclus dans l’âge de pierre. Avec ses outils – et quelques bribes de répertoire traditionnel -, le marionnettiste raconte l’histoire de sa famille : son appren­tissage dès la prime enfance, la relé­gation du père pendant la Révolution culturelle, les brimades, l’exil…, la virtuosité est in­déniable. Mais la dextérité ne serait rien sans l’épure. C’est par le symbole que Yeung Faï rejoint son public occidental. Par le signe en mouvement. La réussite complète du spectacle tient en une seule image : la scène où la marionnette paternelle, victime de la répression politique, se trouve fauchée par le « Petit Livre rouge » de Mao. Yeung Faï, héritier condamné à l’errance, nous souffle par l’évidence de son geste.

AVIGNON- JUILLET 2011.
Le combat d’un marionnettiste chinois
par Céline Doukhan, Les Trois Coups.com (journal quotidien du spectacle vivant-juillet 2011)

« Yeung Faï propose un spectacle très personnel dans lequel il met en scène sa propre histoire. L’art de Yeung Faï, c’est la marionnette. Un art, que dis-je, une passion, qu’il a dans le sang, dans les doigts et même sur le dos : bouffant de la vache enragée à New York, Faï se trimbale avec une pancarte « 5 generation pupeteer » (« marionnettiste depuis 5 générations »). C’est donc sa propre histoire et celle de son illustre famille que l’ultime rejeton de la dynastie choisit de raconter. Il mêle des épisodes de la vie de ses aïeux, des numéros de marionnettes traditionnels et le récit de son propre parcours. Mais vous vous mourez de curiosité : de quelles marionnettes parlons-nous ? De marionnettes à gaine, of course. Celles de la grande tradition chinoise, millénaire. (…) »

Avignon off : Yeung Faï, maître chinois des marionnettes Par Armelle Héliot, 13 juillet 2011, Figaro.blog.fr

« Un merveilleux spectacle qui ravit les enfants et passionne les adultes. Hand Stories est une plongée dans l’histoire personnelle d’un maître de l’art de la marionnette qui raconte la Chine du passé heureux à la Révolution culturelle et Tien An Men. Délicat et grave, fascinant. Cinquième génération, Yeung Faï, né en 1964, a reçu de son père, qui l’a initié très tôt, les secrets d’un art. Ce père, évoqué dans le spectacle, comme toute la lignée, fut pris dans les tourmentes cruelles de la Révolution culturelle…Les marionnettes étaient considérées comme archaïques…et ces marionnettes sont aujourd’hui encore un art menacé. Ce n’est pas une « jolie » histoire que nous raconte Yeung Faï. Il nous raconte la vérité. (…) Il nous raconte sa vie. Il nous fait une démonstration de son art. Tout commence par des mains nues, des doigts agiles, des gestes incroyables de souplesse, d’expressivité, de malice. Il use de tout son art pour dire ce qu’est d’être l’enfant d’une grande dynastie, il nous livre les éclats du destin de son père, pris de plein fouet par les folies de « la révolution culturelle ». Il est assisté d’un jeune européen, Yoann Pencolé qui traduit ce qu’il dit en chinois et manipule avec le maître. Mais il y a peu de mots, presque tout est muet et l’on comprend tout, dans ce fabuleux spectacle qui touche et émerveille d’un même mouvement. Il y a quelques années, alors qu’il présentait partout dans le monde un spectacle intitulé Scènes de l’Opéra de Pékin, un spectacle qui s’est transmis de génération en génération depuis cinq générations dans la famille de Yeung Faï, le jeune artiste a commencé à penser à celui que l’on découvre aujourd’hui à Avignon. Hand Stories est l’histoire d’une famille et aussi l’histoire de la marionnette à gaine chinoise. Un art en danger aujourd’hui. »

LE MONDE 16 SEPTEMBRE 2011

2000 ans ! C’est l’âge de la marionnette à gaine en Chine. Cette discipline a traversé tous les bouleversements de l’Histoire, toutes les révolutions, et continue à représenter une tradition très vivante. Yeung Faï en est l’un des maîtres incontestés. Héritier de cinq générations d’artistes, qui se sont transmis techniques et flamme poétique de père en fils, il excelle aussi bien dans la fabrication des figurines que dans leur manipulation. Avec un spectacle donné en solo, Scènes de l’Opéra de Pékin, il a écumé les théâtres du monde pendant un quart de siècle. La pièce qui revient à Vidy, il y a songé depuis des années. Hand Stories est à la fois une évocation de son père, un geste autobiographique et un hommage à la marionnette. Suite de scènes sans parole, c’est surtout un somptueux poème visuel, aux accents merveilleux et fantastiques.
Yeung Faï a créé «Hand Stories» en janvier 2011 au Théâtre de Vidy-Lausanne. Il revient avec la même pièce, petit bijou qui a émerveillé le public.

…………………………………………………………………………………………………………………………..

Autres lieux

ATTENTION : Cette liste est loin d’être exhaustive, elle est donnée à titre indicatif

  • sur la marionnette, en France :

Institut International de la Marionnette / Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) (Charleville-Mézières, Champagne-Ardennes)
http://www.marionnette.com (catalogue en ligne)
Fonds documentaire spécialisé sur la marionnette et, plus largement sur le théâtre et les autres arts. Présence de pièces de théâtre pour marionnettes du 19e au 21e siècles et de fonds d’archives de marionnettistes (Alain Recoing, Claude et Colette Monestier).
Ouvert sur rendez-vous.

Centre de documentation des musées Gadagne (Lyon, Rhône-Alpes)
www.gadagne.musees.lyon.fr
Fonds documentaire sur les marionnettes du monde entier. Présence de nombreux recueils de manuscrits de pièces de Guignol des marionnettistes Vuillerme-Dunand et Durafour et fonds Léopold Dor.
Ouverture au public sur rendez-vous à partir de 2011.
Voir aussi la rubrique « Voir des collections de marionnettes »

– Centre de documentation du Bouffou / Théâtre à la coque (Hennebont,Bretagne)
www.bouffoutheatre.com (pas de catalogue en ligne : les contacter)
En complément des activités et projets de la compagnie. Fonds documentaire sur la marionnette et les arts associés.

Bibliothèque nationale de France, Département des Arts du Spectacle (Paris)
www.bnf.fr  (accès direct au catalogue)
http://gallica.bnf.fr (accès direct à la bibliothèque numérique Gallica)
Nombreux fonds référencés (Centre National des Marionnettes, Craig, Georges Lafaye, Gaston Baty, Vitez…).
Attention : carte de lecteur indispensable pour accéder à la salle de lecture publique.

  • sur la marionnette, à l’étranger

– Centre de la Marionnette de la communauté française de Belgique (Tournai, Belgique)
www.maisondelamarionnette.be (catalogue en ligne)

Centre de documentation des arts de la marionnette de Bilbao (Portugal)
www.pantzerki.com (présentation dans l’onglet « Acerca de Pantzerki »).

  • Centres de ressources en France, autres domaines

Hors les Murs (Paris)
www.horslesmurs.fr et  www.rueetcirque.fr (médiathèque numérique, catalogue en ligne)

Centre national de ressources des arts de la rue et des arts de la piste. Missions d’observation et d’accompagnement des pratiques artistiques hors les murs.
Centre de documentation ouvert sur rendez-vous.

  • Catalogue en ligne, autres domaines : ANETH – Aux nouvelles écritures théâtrales (Paris)
    www.aneth.net ()

Association dédiée aux écritures théâtrales contemporaines. Fonds documentaire de plus de 7 000 textes de théâtre, nombreux accès (par genre, nombre de personnages…).

ATTENTION : Dans l’impossibilité de poursuivre son fonctionnement, Aneth cesse ses activités. L’association est dissoute depuis début  2011. Vous pouvez néanmoins accéder aux « sélections » de textes sur le site…

voir des marionnettes en France

ATTENTION : Cette liste est loin d’être exhaustive, elle est donnée à titre indicatif, sans critère qualitatif

Musées Gadagne (Lyon, Rhône-Alpes)
www.gadagne.musees.lyon.fr
Constituée autour de la marionnette originale de Guignol, la collection du musée compte aujourd’hui un fond exceptionnel de plus de 2000 pièces de marionnettes traditionnelles du monde entier. Collection permanente, accueil de spectacles, tables rondes…

Musées d’Amiens(Picardie)
Amiens, berceau de Lafleur, est la capitale nationale de la marionnette à tringle et à fils au 19e siècle. La collection de marionnettes est composée de sujets, décors et accessoires, costumes, affiches et pièces de théâtres.
Cette collection n’est actuellement pas accessible au public mais sera en partie visible via le Portail des Arts de la Marionnette à partir de janvier 2011 (www.artsdelamarionnette.eu

Maison de George Sand (Nohant, Centre)
maison-george-sand.monuments-nationaux.fr
Pour découvrir le théâtre de marionnettes (à gaine) de Maurice Sand, avec 150 marionnettes et plus d’un millier de décors, costumes et accessoires.

Musée Comtois (Besançon, Franche-Comté)
www.citadelle.com
Pour découvrir le théâtre de marionnettes comtoises, avec son personnage principal, le fameux Barbizier, créé sous la Révolution française. Le musée expose les 4 plus anciennes collections de ce spectacle très populaire à Besançon au 19e et début du 20e siècle.

Musée du Vieil-Aix (Aix-en-Provence, PACA)
17 rue Gaston de Saporta, 13100 Aix-en-Provence
Pour découvrir la collection la plus importante des traditions de marionnettes de la Fête-Dieu et de crèches parlantes provençales avec des marionnettes dites « à clavier » ou « à pédales ».

Publicités