Cinéma. Banque de films

Banque de films et réflexions sur le cinéma

Publié le Mis à jour le

Banque de films, bibliographie philosophique et articles philosophiques à propos du cinéma

 

 

Liens vers des sites donnant accès à des films ou extraits de films, ainsi que des conférences, respectant les droits d’auteurs

Les oeuvres qui ne sont pas dans le domaine public ne sont pas utilisables librement. Consulter B.O. n° 5 du 4 février 2010 : Propriété intellectuelle

cinéma et philosophie : nous ne présentons ici que ce qui relève d’une réflexion philosophique sur le cinéma

Quelques sites

- La Cinémathèque française expose, abrite, restaure, montre ses collections grâce à ses trois espaces d’exposition, programme les grands films de l’histoire du cinéma dans ses trois salles de projections, accueille étudiants et chercheurs dans une bibliothèque et un centre d’archives, anime des espaces pédagogiques destinés au jeune public…
Nous présentons ici les liens des conférences qui s’y sont tenues sur les films, cinéastes…
source Canal U

- La mission du Centenaire met en ligne un travail autour des œuvres cinématographies françaises et étrangères (documentaires, fictions et films d’animation) inspirées par la première guerre mondiale.
Ce sont près de 120 œuvres cinématographiques qui sont présentées et répertoriées en quatre périodes chonologiques :
1. 1909-1919 – Patriotisme – Héroïsme – Propagande
2. 1920-1950 – Commémoration – Pacifisme – Renouveau patriotique
3. 1951-1989 – Dénonciation – Transgression – Transposition
4. 1989-2014 – Violence – Patrimonalisation – Mise en mémoire
en lien avec :
- Les archives filmées British Pathé de la première guerre mondiale

- Site mettant en ligne des films libres de droits, car appartenant au domaine public : (bibliothèque tenue à jour de façon irrégulière)

- Cette bibliothèque contient des films numériques. Consultez le FAQ pour plus d’informations .

- Vodkaster : beaucoup d’extraits de films

- dossiers pédagogiques Apprentis et Lycéens au Cinéma

- Transmettre le cinéma (LUX, CNC, Scène nationale de Valence)
Des séquence-analyses de films sont traitées dans un glossaire du cinéma,
à partir d’extraits de films montés autour d’une question esthétique du cinéma.

Bibliographie

-  Philosophes et philosophie au cinéma par Magphilo. Je reprends dans cette bibliographie les apports de Magphilo

- Arneim, Rudolf, Le Film est un art (1931), éd. de l’Arche, 1989.
Une des œuvres les plus fondamentales de l’approche du cinéma d’un point de vue archéologique et esthétique à la fois, œuvre qui a marqué toute une génération de critiques et de philosophes.
- Bazin, André, « Ontologie de l’image photographique » (1945) et  » Pour un cinéma impur « , in Qu’est-ce que le cinéma ? , Éd. du Cerf, 1985.
Un des plus fins analystes de l’image et du film, qui a marqué toute une génération de cinéphiles, de praticiens et de théoriciens du 7ème art.
- Benjamin, Walter, L’Œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique (1935 et 1939), Œuvres 3, Gallimard, 2000.
- Bergson, Henri, L’Évolution créatrice (1907), éd des P.U.F., 1969 ; Matière et mémoire , éd. PUF, coll. Quadrige, 2008.
L’ensemble de l’œuvre de Bergson pouvait être mise à contribution dans le présent numéro sur philosophie et cinéma, en tant qu’il est le philosophe contemporain de l’avancée du 7ème art qui a le mieux théorisé les questions de la durée, du temps et du mouvement.
- Cavell, Stanley, À la recherche du bonheur , Ed. Cahiers du cinéma, 1993.
Un livre original et d’une exquise sensibilité pour mettre à jour l’eudémonisme porteur de toutes les œuvres cinématographiques, par un des plus grands noms de la théorie philosophique du 7ème art. Voir aussi la critique de Vincent Farnéa sur Cavell dans le présent numéro.
- Château, Jean-Yves, Pourquoi un septième art ? , éd. PUF, coll. intervention philosophique, 2008.
L’idée du cinéma comme art total et « 7ème art » trouve son origine et ne se comprend que par rapport à la philosophie kantienne de l’art.
- Deleuze, Gilles, L’Image-mouvement. Cinéma 1, éd. de Minuit, 1983 ; L’Image-temps. Cinéma 2, éd. de Minuit, 1985.
Les deux ouvrages majeurs de Deleuze sur le cinéma ou plutôt sur le problème Bergsonien du temps et de la durée par rapport à la technique et à l’art cinématographique.
Cours Vincennes – St Denis : Gilles DELEUZE :Bergson, propositions sur le cinéma. – 18/05/1983
Cours G. Deleuze Sur Image Mouvement Image Temps 1981-1984
Cours Vincennes – St Denis : Gilles DELEUZE
IMAGE MOUVEMENT IMAGE TEMPS
Bergson, propositions sur le cinéma. – 18/05/1983
Cours de Gilles Deleuze Sur Image Mouvement Image Temps 1981-1984
- Duhamel, Georges, Scènes de la vie future , éd. Mercure de France, 1930.
Un livre original d’anticipation esthétique qui prend appui sur la singularité des créations du 7ème art.
- Hême de Lacotte, Suzanne, Deleuze, philosophie et cinéma , l’Harmattan, 2001.
Un autre ouvrage déterminant pour une lecture précise de l’approche croisée deleuzienne entre philosophie et perspectives cinématographiques.
- Jullier, Laurent, Qu’est-ce qu’un bon film ? éd. La dispute , 2002.
Un livre qui a le mérite de poser une vraie question et de tenter d’y apporter de vraies réponses, ce que tout le monde se demande en ayant toujours des réponses si variées et évasives (film à thèse, film d’action, film comme divertissement pur, film pédagogiques etc.).
- Merleau-Ponty, Maurice, Sens et non-sens , Nagel,
Une des conférences datée du 13 mars 1945 à l’Institut des Etudes Cinématographiques s’intitule « Le cinéma et la nouvelle psychologie, Que veut dire le film ? ».
- Montebello, Pierre, Deleuze, philosophie et cinéma , J. Vrin, « Philosophie et cinéma », 2008.
- Morin, Edgar Le cinéma ou l’homme imaginaire , éd. de Minuit, 1956.
Une vision anticipatrice du potentiel esthétique et politique du cinéma.
- Zarader, Jean-Pierre, Philosophie et cinéma , éd. Ellipses, 1997.
L’essentiel de cet ouvrage interroge le regard que le philosophe peut porter sur le monde d’un cinéaste, faisant dialoguer l’image et le concept.

articles philosophiques

- « Maurice Merleau-Ponty, une esthétique du mouvement »
par Stefan Kristensen , Archives de Philosophie 1/ 2006 (Tome 69) , p. 123-146
- Guillaume Carron « Imaginaire, symbolisme et réversibilité : une approche singulière de l’inconscient chez Merleau-Ponty », Revue philosophique de la France et de l’étranger 4/ 2008 (Tome 133) , p. 443-464 .
DOI : 10.3917/rphi.084.0443
- Clélia Zernik « « Un film ne se pense pas, il se perçoit » Merleau-Ponty et la perception cinématographique », Rue Descartes 3/ 2006 (n° 53) , p. 102-109 .
DOI : 10.3917/rdes.053.0102
- Renaud Barbaras « Merleau-Ponty et la psychologie de la forme », Les Études philosophiques 2/ 2001 (n° 57) , p. 151-163 .
DOI : 10.3917/leph.012.0151
- Chantal Gelabert « Achever/inachever », Cahiers de Gestalt-thérapie 1/ 2002 (n° 11) , p. 50-73 .
- Frédéric Neyrat « Résister, c’est percevoir à propos de They Live, de John Carpenter (1988) », Rue Descartes 3/ 2006 (n° 53) , p. 110-115 .
DOI : 10.3917/rdes.053.0110
- Yannick Dehée « Kubrick, l’espace de l’Odyssée », Hermès, La Revue 2/ 2002 (n° 34) , p. 45-48 .
« Le point focal du film 2001, l’Odyssée de l’espace est un monolithe noir qui apparaît à quatre moments-clés : insolite, sombre, massif, fascinant, lisse et indéchiffrable. L’œuvre est à son image, à la fois expérimentale et populaire, objet unique dans l’histoire du cinéma. » (extrait)
- Effraction du nu. À propos de L’Homme invisible de James Whale par Jean-Michel Durafour, Corps 1/ 2010 (n° 8) , p. 99-104 .
Philosophe et spécialiste en esthétique du cinéma. Il enseigne actuellement à l’Université Lille 3 Charles-de-Gaulle et est membre associé de l’UMR ARIAS. Ses travaux portent sur les régimes figuratifs du cinéma et les processus filmiques. Il a récemment fait paraître « Jean-François Lyotard : questions au cinéma. Ce que le cinéma se figure », Paris, PUF, 2009
- L’Homme qui tua Liberty Valance, ou la constitution imaginaire du peuple par Gérard Bras
Rue Descartes n° 53, 2006/3, À quoi pense le cinéma ?
Corpus
Le texte qui suit se propose d’engager une réflexion de philosophie politique, telle qu’elle peut être engagée à partir du film de Ford, sans prétendre en proposer une interprétation exhaustive…(extrait)
- Note de lecture : LA LIGNE ROUGE, MICHEL CHION. (LES ÉDITIONS DE LA TRANSPARENCE, 2005)par Élise Domenach
 » Il constitue une réflexion unique sur un film démesuré : film de guerre de deux heures et trente-cinq minutes, film méditatif « raconté » en voix off (aussi savamment construit qu’un Ophüls ou un Welles), film choral enfin, où l’on croise une foule d’immenses acteurs : Sean Penn, George Clooney, John Travolta, Jim Caviezel, Adrian Brody, Ben Chaplin, John Cusack. Or, M. Chion parvient à répondre en tous points à la démesure de Malick, en suivant le fil de sa propre expérience du film. » (extrait)
Rue Descartesn° 53, 2006/3, À quoi pense le cinéma ?
Répliques

Des cinéastes parlent

- Renoir parle de son art
- Cinéma Cinémas – Jean Renoir & Michel Simon – 1989
Par Jacques Rivette, André S. Labarthe & Janine Bazin
- Jean Renoir & Pierre Braunberger reviennent sur le film « Nana » (1926) et leurs influences à l’époque, dans « Cinéma de Notre Temps » (par Jacques Rivette), 40 ans après.
- Jean Renoir Parle de son Père Auguste en Mai 1954 –
- Jean Renoir présente Le Carrosse d’or

Quelques films

- Les vampires de Louis Feuillade, 1915
- Quatre classiques de Charlie Chaplin films courts métrages de 1917 : L’Aventurier, The Cure, Easy Street et l’immigrant, présentés avec de la musique et des effets sonores.
Dans l’ordre alphabétique : Henry Bergman, Eric Campbell, Charles Chaplin, Edna Purviance . Réalisateur : Charles Chaplin. Audio / Visuel : son, noir et blanc.

- Are Crooks Dishonest ? 1918. Con artists Harold and Snub attempt to outwit phony psychic Miss Goulash and her « professor » father. Stars : Harold Lloyd, Harry Pollard, and Bebe DanielsThis movie is part of the collection:Silent FilmsDirector:Gilbert PrattProducer:Hal RoachProduction Company:Rolin FilmsAudio/Visual:Silent, No Music, Black & WhiteLanguage:EnglishKeywords:Comedy ; Short ; Silent

- Nosferatu, Murnau
The film, shot in 1921 and released in 1922, was an unauthorized adaptation of Bram Stoker’s Dracula, with names and other details changed because the studio could not obtain the rights to the novel (for instance, « vampire » became « Nosferatu » and « Count Dracula » became « Count Orlok »). This movie is part of the collection : Community Video Producer : FW Murnau Audio/Visual : sound

- The Cabinet of Dr. Caligari 1920 silent film directed by Robert Wiene from a screenplay written by Hans Janowitz and Carl Mayer

- Dr. Mabuse, The Gambler (Dr. Mabuse der Spieler) Fritz Lang, 1922, Part 1

- Le cuirassé Potemkine Eisenstein, 1925

- La petite marchande d’allumettes, Jean Renoir 1928

- L’étoile de mer Man Ray Desnos 1928
- Documentaire, A propos de Nice, Jean Vigo et le photographe Boris Kaufman 1930

- M Fritz Lang 1931

- Freak , « La monstrueuse Parade de Tod Browning,

- Zéro de conduite, Jean Vigo 1933

- Hotel du Nord Marcel Carné 1938 – film entier

- Circonstances atténuantes. Film de Jean Boyer . 1939
Avec Michel Simon, Arletty, Suzanne Dantès, Andrex, Dorville, Mila Parély…
Chanson « Comme de bien entendu » Paroles Jean Boyer – Musique Georges Van Parys.

- L’homme de la rue franck Capra, 1941

- Scarlet Street, Fritz Lang, 1945

- The Stranger, 1946, Orson Welles

- Les Mains Sales Jean Rivers 1951

- Beat the devil 1953
Ce film n’est pas devenu un classique culte pour rien. Parmi ses autres mérites, il est l’un des rares films où un film noir est mélangé avec une comédie. Il est réalisé par John Huston avec comme vedettes Humphrey Bogart, Jennifer Jones, Gina Lollobrigida, Robert Morley et Peter Lorre Ce film fait partie de la collection : Film Noir Producteur : John Huston audio / visuel

700 films libres de droits : C’est un cadeau immense comme seul internet peut nous en offrir. Plus de 700 films rares totalement gratuits, disponibles immédiatement grâce au site OpenCulture qui se bat pour éduquer et donc transmettre le meilleur de la culture totalement gratuite sur le web
Les films, courts ou longs métrages, présentés sont pour certains des chef-d’œuvres inoubliables à découvrir ou redécouvrir ou mieux encore, des perles rares comme les premiers court-métrages de réalisateurs comme George Lucas, Wes Anderson, Stanley Kubrick, Jean Cocteau, Andy Warhol, Salvador Dali, Andreï Tarkovski ou encore Christopher Nolan, David Lynch, Tim Burton, David Cronenberg, Sofia Coppola…(extrait)

 

Publicités